Avis de tempête hivernale

stormambulanceEn plein coeur de cet hiver rigoureux prenons quelques instants pour faire le point :

– Quand une épidémie de grippe malmène notre système de santé comme jamais… Pointons du doigt les vilains soignants non vaccinés plutôt que le résultat catastrophique d’une politique délibérée de destruction du système de santé. Fermeture de lits, non renouvellements de postes = hôpitaux en tension…

– quand une interne fait le buzz après une grève shampouinée
et une nouvelle interpellation sur  l’état d’urgence des hôpitaux cela dérange. Réaction immédiate de la caste dirigeante: tenter de la discréditer publiquement plutôt que de répondre sur le fond…Minable !

– Quand des professionnels spécialisés pensent que leurs négociations vont enfin aboutir après des années de lutte et se font litteralement torpiller par un syndicat collabo après une proposition très loin du compte d’une dizaine de points de NBI et de 30€ de prime supplémentaire…

http://www.fed-cfdt-sante-sociaux.org/content/infirmiers-anesthesistes-l-impasse

– Quand les principales organisations infirmières appellent à un mouvement unitaire le 24 janvier…

– Quand les principaux syndicats appellent à une grève nationale de la santé et de l’action sociale le 7 mars prochain…

On est en droit de penser que la tempête hivernale va être sévère…
A quelques mois des élections, il est temps de faire comprendre à nos gouvernants autistes que l’hôpital public, la santé et les soignants malmenés vont peser lourdement dans le débat électoral qui arrive…

Plus que jamais, il va falloir être unis si nous voulons faire entendre la voix des Infirmiers Anesthésistes et faire reconnaître notre profession au niveau qu’elle mérite.

#jesuisiade #jenereveillonnepas #jesuisdegardepourvotresécurité

Comme chaque année, au bloc opératoire, au SAMU, chez les pompiers, en salle de réveil, en obstétrique, en radiologie interventionnelle et même sur une plateforme pétrolière en Angola (cherchez bien sur la photo!), des Infirmier(e)s Anesthésistes accomplissent leur mission. Elles/ils ne réveillonnent pas. Elles/ils sont IADE. En lutte – mais à leur poste- pour enfin obtenir la reconnaissance légitime correspondant à leur haut niveau de qualification en anesthésie réanimation urgences.

Soutenez les Infirmiers Anesthésistes : PETITION

jesuisiade

Big up à tous les collègues! #IADEenlutte

 

 

 

JEUDI 24 NOVEMBRE: GREVE!

nonneDepuis la parution du décret iade « master » il s’est écoulé 708 jours.

Soit 1 an, 11 mois et 7 jours que nous attendons d’être payés à notre niveau reconnu de compétence.

Aujourd’hui, une nouvelle fois, la profession sera en grève. Espérons que nos collègues sauront nous représenter à Paris, les alsaciens étant peu nombreux à se déplacer cette fois-ci. Pour autant la grève s’annonce  fortement suivie, même si comme d’autres régions de France nous subissons également notre lot d’assignations pas « réglos ».Aucune excuse à trouver à nos directions ou cadres IADE.   Il ne s’agit pas de la première grève et l’intention est délibérée.  Souvenez vous bien de cela quand on vous sollicitera pour « remplacer » dans les prochaines semaines…

Si l’image qui illustre ce billet est celle d’une none, c’est peut être que trop d’IADE conservent en eux ce vieil héritage qui laisse si facilement prise à la culpabilité et au chantage ignoble que l’on nous sert à chaque fois.

Il faut penser au patient! Des enfants! Des vieillards! Des cancéreux! Tous en attente de leur opération depuis tellement longtemps!!!

Et bien oui! Et c’est bien ce que nous faisons! Nous pensons à eux, à leur sécurité et au droit de nos patients de bénéficier de soins de qualité dispensés par des professionels bien formés et compétents. Cela à un coût! En défendant notre profession une journée, nous défendons la qualité des soins que nous assurons les 364 autres jours…

Le droit de faire grève ne doit pas être galvaudé de la sorte et avec autant de mauvaise foi. Nos mouvements sont annoncés des semaines à l’avance, et si certains feignent de les découvrir 2 jours avant, il est étrange de constater qu’en  d’autres occasions  il est possible d’annuler des patients et de modifier un programme opératoire une semaine avant…

Je vous invite donc toutes et tous à ne pas faiblir ni vous laisser intimider. Demandez vous qui l’on tente vraiment de prendre en otage…

Soyez grévistes, débrayez, allez manifester, contestez les assignations abusives, car vous en avez le droit et que notre combat est juste!

 

Motion

 MARDI 8 NOVEMBRE 2016  
 694 jours soit 1 an, 10 mois et 24 jours post Masterisation

MOTION DU COLLECTIF IADE ALSACE

 En 2010, suite au protocole Bachelot, les infirmiers anesthésistes ont gardé le sentiment de s'être faits flouer.
Perte de la catégorie active càd la reconnaissance de la pénibilité, allongeant considérablement  l'âge de départ à la retraite
 Perte de la bonification de service 1 an tous les 10 ans
Revalorisation très insuffisante au regard des autres spécialisés et diminution de l'attractivité de la profession par rapport au IDE désormais également catégorie A
7 grèves virulentes conduiront à la reconnaissance d'un grade master assorti d'une prime  de 120€...une obole largement autofinancée...

En 2014 le master accordé à du être à nouveau réclamé et les étudiants en grève en Juin 2014 et soutenus par la profession finiront par obtenir gain de cause en Décembre 2014!

3 mois plus tard,  en mars 2015, le Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes et la CGT adressent un courrier réclamant la prise en compte de notre niveau d'étude et de compétence à Mme Touraine.

Depuis,  à la demande du ministère et de la DGOS un cycle d'une dizaine de réunions de travail ponctuées de 3 journées d'actions IADE mécontents du mépris et de la lenteur affichée par nos interlocuteurs pour traiter ce dossier, nous amènent jusqu'à ce jour.

Rendez vous compte! Depuis 2014 les IADE attendent leur dû !!!
Seule profession infirmière gradée master 2, dont le diplôme a subi une réingiénerie profonde et de qualité, 
Seule profession de l'hôpital à ce niveau d'étude et de responsabilité à être payée aussi mal
Notre spécialité, avec le soutien des sociétés médicales et l'appui des médecins anesthésistes  va voir ses compétences réaffirmées et étendues au travers d'un nouveau décret déjà validé par le HCCP.
Et quand après avoir répondu à toutes les exigences ,  subi le calendrier et le rythme imposé, accepté de nouvelles responsabilités qui seront génératrices de grandes économies pour le système (la réalisation des TIH - transports interhospitaliers- des patients intubés/sédatés )  nous avons pris connaissance des propositions indiciaires faites, croyez moi, la réaction a été vive! 
15 points d'indice, une misère!!!
Rien sur le corps IADE , volé par Mme Bachelot en 2010 et que nous demandons à récupérer
Rien sur la pénibilité
Rien pour nos cadres qui malgré leur spécialité en anesthésie de 24 mois, indispensable pour comprendre et gérer les équipes  IADE et les problématiques en anesthésie,  ne gagnent  rien de plus que leurs homologues diplomés en 10 petits mois…

Tout cela est scandaleux
Alors prenez bien la mesure de notre colère. 

Cet affront que vous nous faites, vous le faites à toute la profession infirmière. En ne reconnaissant pas la seule filière spécialisée déjà masterisée, vous laissez augurer de comment seront traitées nos homologues ibode, puericultrices ou futures infirmière en pratique avancée le jour venu...
C'est à l'appel du SNIA, Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes, que nous avons aujourd'hui rejoint un mouvement interprofessionnel. 
C'est à l'appel du SNIA que de nombreuses associations et syndicats infirmiers se retrouvent ici aujourd'hui.
Depuis tout ce temps, les IADE ont appris à s'organiser, et vont mettre toute leur détermination à entrainer  l'hôpital derrière eux.


Nous demandons au Ministère d'enfin daigner envoyer un membre de son cabinet aux négociations et de s'engager de manière responsable.
Nous demandons à récupérer notre corps infirmier spécifique auquel seront rattachés nos cadres.
Nous demandons une grille salariale A type, correspondant à notre niveau de responsabilité et d'études
Nous  demandons à récupérer, comme d'autres métiers de l'hôpital, la reconnaissance de la pénibilité de notre travail.


Et enfin, d'une manière plus générale, nous demandons que cesse cette politique de démantelement de l'hôpital, qui exerce sur tous les travailleurs et particulièrement la profession infirmière une pression insupportable.


PS: Bons courage aux grévistes assignés, on va faire du bruit pour vous!